Le monde burlesque de Rita au festival d’Avignon 2016

imageRoucouloucoucou kobé mafiso coulou coulou Jojo rou lou…you speach english ? Ah je suis bête on est à Avignon, you speach french….bonjour, bonjour Jojo… Coulou bakou roulou… Ainsi entre t-on dans le monde de Rita…on y entre par une langue inconnue parsemée de mots déja entendus en anglais, en français. On entre dans ce monde, émerveillé par le spectacle du désordre qui règne sur scène. Un désordre mou fait de vêtements, de bouts de tissu, de pièces tricotées à larges mailles, de peluches et de végétation de plastique. Clémentine Célarié nous prend par la main pour nous donner à Rita dans un univers haut en couleurs au sens propre comme au sens figuré. Le public forme un grand tout, c’est Jojo. Ce grand tout est constitué de cellules femelles ou mâles et ce grand tout regarde éberlué Rita. Rita est folle. Rita a tout compris. Rita est elle même. Rita est une prêtresse de savane, Rita est la cousine de Platée.

Le monde de Rita est onirique. Les objets ont une vie. Ils aiment Rita et se collent à elle. Rita donne des leçons de vie, des conseils de santé, de beauté. Rita est une allumée chaleureuse qui brise la glace entre la scène et la salle, entre les inconnus qui forment Jojo. Rita va à la rencontre de Jojo et lui confie certains de ses amis. Le monde de Rita est fait d’amis bienveillants, étouffants, gardiens de Rita. Rita plonge dans le vert roucoulou rou lou. Et si on se mettait tout nu ? Et si on s’aspergeait d’eau et si enfin on réveillait en nous Inside puppet pour sans doute rappeler l’enfance au chevet de l’adulte.

Bazou ralou coulou, le monde est un immense bordel et rien n’est mieux que de le mettre en mouvement, de faire circuler les amis, de se mêler à la Terre pour récupérer, par capillarité, ses bienfaits. Bleu, jaune, vert, orange, rouge, le monde de Rita est joyeux et on se demande si au quotidien on n’est pas trop dur, figé et un peu mort…. Il faut mettre un grand coup de pied dans tout cela, vivre pour être soi, bien s’hydrater et trouver sympa de faire rire les autres qui vous regardent vous agiter et pousser des roucoulou coulou comme si vous étiez absurde….

Clémentine Célarié, déesse délirante du théatre et du grand bordel mou et burlesque, merci infiniment pour ce moment inoubliable où nous sommes devenus un bout de Jojo.

Le monde de Rita est au chien qui fume et pas loin d’une batavia qui dense. Ahh roucou lou bou lou, non mais !

Fred Lecoeur

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s