Autographe d’auteur : René BARJAVEL

« A madame Susser qui a su conserver si extraordinairement cet exemplaire de l’édition originale de RAVAGE fabriqué avec le papier-poubelle-misère des années d’occupation, pour lui dire toute ma sympathie, et, plus, mon amitié. de tout cœur René Barjavel. »

L’édition de RAVAGE, roman extraordinaire comportant cet autographe a été publiée aux Editions Denoël à Paris en 1943. Le frontispice de cette édition comporte une citation intéressante tant du point de vue de son auteur que de son contexte et de ce que qui se passera après-guerre  : « L’avenir n’est pas une plaisanterie…. » L.F Céline (Voyage au bout de la nuit).

L’œuvre de René Barjavel brise le quotidien et sa fadeur pour le merveilleux, l’extraordinaire. « La nuit des temps » ou le « Le grand secret » nous emportent au bord de l’immortalité. BARJAVEL introduit dans le monde présent une part de mystère, des zones cachées où une réalité plus complexe et plus enchantée coexiste à la notre. L’action se situe dans le monde que nous connaissons, mais BARJAVEL nous dit que sous la glace se cachent bien des choses.

Barjavel aimait la vie, aimait se savoir vivant. Il avait en lui l’immensité de l’univers, il en était le centre, lui comme chaque particule de ce monde. Sa perception de l’infini et de la résonnance de chaque chose, chaque grain de poussière avec le Grand Tout lui donnait cette faculté d’émerveillement et d’enchantement de la ligne noire tracée avec le stylo. Barjavel pensait que la joie et l’amour étaient plus utiles que la souffrance. En ce sens, il est l’écrivain du bonheur mais un bonheur né de la conscience de la beauté de toute chose, du miracle permanent de ce qu’est la vie et ce grand mystère qui plane autour de nous et en nous, ce grand mystère de l’éternité frôlée et possible.

« Ma bien aimée, mon abandonnée, ma perdue, je t’ai laissée là-bas au fond du monde (..) » Ainsi commence « La nuit des temps », par une lettre.  La phrase est bien scandée, l’amour est là mais il est contrarié par un abandon en un lieu lointain et abstrait pour le lecteur. Le mystère est déjà présent.

Parfois certains ouvrages de BARJAVEL semblent s’épuiser à retenir l’attention du lecteur. A mi chemin, les clefs de l’action tournent parfois dans le vide, le merveilleux s’est essoufflé comme rattrapé par le rationnel le « tout est dit », et le banal déroule les dernières pages. Il n’empêche, René BARJAVEL est un auteur qui mérite d’être lu. Les pages où il ré-enchante notre monde sont précieuses et nécessaires dans une bibliothèque.

René BARJAVEL a anticipé les problèmes qui s’imposent à nous. Dès RAVAGE, la fin Recto Internetd’une énergie abondante et ses conséquences sur la civilisation était abordées. L’auteur pensait à juste titre que notre organisation est une question de choix politique. D’ores et déjà, par les technologies offertes et à notre disposition, l’homme pourrait se désaliéner du travail et vivre autrement. René BARJAVEL en était convaincu et selon lui les choix politiques tenus étaient d’un autre temps et plus en phase avec le temps présent.

Bonne lecture

Vous trouverez édités dans la collection OMNIBUS la plupart des textes de l’auteur (Romans extraordinaires et Romans merveilleux)

Liens :

http://barjaweb.free.fr/

http://www.ina.fr/media/entretiens/audio/PHD99237473/rene-barjavel.fr.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s